Romans / skáldsögur

Mise à jour le 21 juin 2020

[Auteurs classés par prénoms]

A
Andri Snær Magnason Les enfants de la planète bleue (Sagan af bláa hnettinum, 1999). Traduction par François Émion. Illustré par Pef. Gallimard jeunesse, 2003.

Andri Snær Magnason LoveStar (LoveStar, 2002) Roman traduit par Éric Boury. Éditions Zulma, 2015 (janvier) ; en J’ai lu, 2017 (mai).

Arnaldur Indriðason Les fils de la poussière (Synir duftsins, 1997). Roman policier [Erlendur 1] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2018 (octobre).

Arnaldur Indriðason Les roses de la nuit (Dauðarósir, 1998). Roman policier [Erlendur 2] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2019 (octobre).

Arnaldur Indriðason Opération Napoléon (Operation Napoleon, trad. anglaise (2010) par Victoria Cribb / Napóleonsskjölin, 1999). Roman policier traduit d’anglais par David Fauquemberg. Éditions Métailié, 2015 (octobre) ; en Points policier, 2016 (octobre).

Arnaldur Indriðason La Cité des Jarres (Mýrin, 2000). Roman policier [Erlendur 3] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2005 ; Suites Métailié, numéro 115, janvier 2006 ; collection Points policier, numéro P1494, juin 2006 ; Format .2, 2011 [roman adapté au cinéma par Baltasar Kormákur en 2006].

Arnaldur Indriðason La femme en vert (Grafarþögn, 2001 [ et non pas : « Graforþögn » ou « Graforpögn » !! ]). Roman policier [Erlendur 4] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2006 ; Collection Points policier, numéro P1598, janvier 2007 ; collection Collector de la collection de poche Points, novembre 2008 ; édition spéciale Points policier, 2015 (janvier).

Arnaldur Indriðason La voix (Röddin, 2002). Roman policier [Erlendur 5] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2007 ; collection Points policier, 2008 (janvier).

Arnaldur Indriðason Les enquêtes d’Erlendur [contient : La Cité des JarresLa Femme en vertLa Voix]. Éditions Points, (édition spéciale, tirage limité), 2012 (novembre). 

Arnaldur Indriðason Bettý (Bettý, 2003). Roman noir traduit par Patrick Guelpa. Éditions Métailié, 2011 ; Points policier, 2012 (novembre) ; en Édition Points d’or, 2013 (novembre).

Arnaldur Indriðason L’homme du lac (Kleifarvatn, 2004). Roman policier [Erlendur 6] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2008 ; France Loisirs 2009 ; en Points policier, 2009 (janvier).

Arnaldur Indriðason Hiver arctique (Vetrarborgin, 2005)Roman policier [Erlendur 7] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, février 2009 ; en Points policier, 2010 (mai).

Arnaldur Indriðason Le livre du roi (Konungsbók, 2006). Roman noir traduit par Patrick Guelpa. Éditions Métailié, 2013 (septembre) ; en Points policier, 2014 (novembre).

Arnaldur Indriðason Hypothermie (Harðskafi, 2007). Roman policier [Erlendur 8] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, février 2010 ; CD Mp3 (9h) lu par Jean-Marc Delhausse, 2010 (novembre) ; en Points policier 2011 (mai).

Arnaldur Indriðason La rivière noire (Myrká, 2008). Roman policier [Erlendur 9] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, février 2011 ; CD Mp3 lu par Jean-Marc Delhausse 2011 (février) ; en Points policier, 2012 (mai).

Arnaldur Indriðason La muraille de lave (Svörtuloft, 2009). Roman policier [Erlendur 10] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2012 ; en Points policier, 2013 (mai)

Arnaldur Indriðason Étranges rivages (Furðustrandir, 2010). Roman policier [Erlendur 11] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2013 (février) ; en Points policier,  2014 (mai) ; collector Points policier, 2014 (novembre).

Arnaldur Indriðason Duel (Einvígið, 2011). Roman policier [Erlendur 12] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2014 (février) ; en Points policier, 2015 (mai).

Arnaldur Indriðason Les nuits de Reykjavík (Reykjavíkurnætur, 2012). Roman policier [Erlendur 13] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2015 (février) ; en Points policier, 2016 (janvier).

Arnaldur Indriðason Le lagon noir (Kamp Knox, 2014). Roman policier [Erlendur 14] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2016 (mars) ; en Points policier, 2017 (mai).

Arnaldur Indriðason Dans l’ombre (Þýska húsið, 2015). Trilogie des ombres, T. 1. Roman policier [Flóvent & Thorson] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2017 (février) ; en Points policier, 2018 (février).

Arnaldur Indriðason La femme de l’ombre (Petsamo, 2016). Trilogie des ombres, T. 2. Roman policier [Flóvent & Thorson] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2017 (octobre) ; en Points policier, 2018 (octobre).

Arnaldur Indriðason Passage des ombres (Skuggasund, 2013). Trilogie des ombres, T. 3. Roman policier [Flóvent & Thorson] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2018 (mai) ; en Points policier, 2019 (mai).

Arnaldur Indriðason Ce que savait la nuit (Myrkrið veit, 2017). Roman policier [Konráð 1] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2019 (février) ; en Points policier, 2020 (février).

Arnaldur Indriðason Les Fantômes de Reykjavík (Stúlkan hjá brúnni, 2018). Roman policier [Konráð 2] traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2020 (février).

Auður Jónsdóttir Tourner la page (Ósjálfrátt, 2012). Roman traduit par Jean-Christophe Salaün, Presses de la Cité, 2015 (août) ; en Pocket, 2018 (janvier).

Auður Ava Ólafsdóttir Rosa candida (Afleggjarinn, 2007). Roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Éditions Zulma, 2010 ; Édition de luxe constitué d’un volume de Rosa candida accompagné d’un Carnet de rêverie tous deux réunis dans une boîte créée par David Pearson, quatrième de la série « Zulma a 20 ans », 2011 ; Lu par Guillaume Ravoire : CD MP3 (8h), Éditions Thélème, 2012 (janvier) ; en Points, 2012 (février) ; Collection Édition Points d’or, 2013 (novembre) ; ; Collection de poche z/a, 2015 (mai).

Auður Ava Ólafsdóttir L’embellie (Rigning í nóvember, 2004). Roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Éditions Zulma 2012 ; en Points 2014 (avril) ; en poche Z/a, 2017 (mai).

Auður Ava Ólafsdóttir L’exception (Undantekningin – de arte poetica, 2012). Roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Éditions Zulma, 2014 (avril) ; en Points, 2016 (février).

Auður Ava Ólafsdóttir Le rouge vif de la rhubarbe (Upphækkuð jörð, 1998). Roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Éditions Zulma, 2016 (septembre) ; en poche Z/a, 2018 (avril).

Auður Ava Ólafsdóttir Ör (Ör, 2016). Roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Éditions Zulma, 2017 (octobre).

Auður Ava Ólafsdóttir Miss Islande (Ungfrú Ísland, 2018). Roman traduit par Éric Boury. Zulma éditions, 2019 (septembre).

Á
Álfrún Gunnlaugsdóttir « Errances ». Court extrait du roman traduit par Régis Boyer. Programme des Boréales de Normandie, 5e festival d’art et de littérature nordiques 19 novembre – 5 décembre 1996, p. 23. EXTRAIT.

Álfrún Gunnlaugsdóttir Errances (Hringsól, 1987). Traduit par Régis Boyer. Presses universitaires de Caen (PUC), 1996.

Álfrún Gunnlaugsdóttir « Le Passage de l’Èbre » (Yfir Ebrofljótið, 2001). Extrait du roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Islande de glace et de feu. Les nouveaux courants de la littérature islandaise. Internationale de l’imaginaire. Nouvelle série, numéro 18, Babel numéro 655, Maison des cultures du monde 2004, p. 241-249. EXTRAIT.

Árni Þórarinsson Le temps de la sorcière (Tími nornarinnar, 2005). Roman policier traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2007 ; en Points policier, 2008 (octobre).

Árni Þórarinsson Le Dresseur d’insectes (Dauði trúðsins, 2007). Roman policier traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2008 ; en Points policier, 2009 (octobre).

Árni Þórarinsson Le septième fils (Sjöundi sonurinn, 2008). Roman policier traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2010 ; en Points policier, 2011 (novembre).

Árni Þórarinsson L’ange du matin (Morgunengill, 2010). Roman policier traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2012 (octobre) ; en Points policier, 2013 (novembre).

Árni Þórarinsson L’ombre des chats (Ár kattarins, 2012). Roman policier traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2014 (octobre) ; en Points policier, 2015 (octobre).

Árni Þórarinsson Le crime, histoire d’amour (Glæpurinn, ástarsaga, 2013). Roman policier traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2016 (février) ; en Points policier, 2017 (mai).

Árni Þórarinsson Treize jours (13 dagar, 2016). Roman policier traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2018 (octobre) ; en Points policier, 2019 (novembre).

B
Bergsveinn Birgisson Du temps qu’il fait (Landslag er aldrei asnalegt, 2003). Roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Gaïa éditions, 2020 (septembre).

Bergsveinn Birgisson La lettre à Helga (Svar við bréfi Helgu, 2010). Roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Zulma éditions, 2013 (août) ; en CD Mp3 lu par Rufus 2014 (janvier) ; en Points 2015 (février) ; en poche Z/a, 2018 (mai).

Bragi Ólafsson « Les Animaux de compagnie » (Gæludýrin : skáldsaga, 2001). Extrait du roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Islande de glace et de feu. Les nouveaux courants de la littérature islandaise. Internationale de l’imaginaire. Nouvelle série, numéro 18, Babel numéro 655, Maison des cultures du monde 2004, p. 250-256. EXTRAIT.

Bragi Ólafsson Les animaux de compagnie (Gæludýrin, 2001). Traduit par Róbert Guillemette. Actes Sud, 2011.

Bragi Ólafsson Le narrateur (Sögumaður, 2015). Roman traduit par Róbert Guillemette. Actes Sud, 2019 (avril).

D
Dagur Hjartarson La dernière déclaration d’amour (Síðasta ástarjátningin, 2016). Roman traduit par Jean-Christophe Salaün. Éditions La Peuplade, 2019 (octobre).

E
Einar Már Guðmundsson « Les anges de l’univers ». Court extrait du roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Programme des Boréales de Normandie, 4e festival d’art et de littérature nordiques 17 novembre – 6 décembre 1995, p. 41. EXTRAIT. 

Einar Már Guðmundsson Les anges de l’univers (Englar alheimsins, 1993). Traduit par Catherine Eyjólfsson. Éditions Flammarion 1998 ; en 10/18, 2001. [Roman adapté au cinéma par Friðrik Þór Friðriksson].

Einar Már Guðmundsson Les chevaliers de l’escalier rond (Riddarar hringstigans, 1982). Roman traduit par Éric Boury. Larbey, Gaïa éditions, 2007 ; en Kayak, 2020 (janvier).

Einar Már Guðmundsson Testament des gouttes de pluie (Eftirmáli regndropanna, 1986). Roman traduit par Éric Boury. Gaïa éditions, 2008 ; nouvelle édition dans la collection Kayak, 2019 (janvier).

Einar Már Guðmundsson Les rois d’Islande (Íslenskir kóngar, 2012). Roman traduit par Éric Boury. Éditions Zulma, 2018 (février) ; Collection de poche Z/a, 2019 (septembre).

Einar Már Guðmundsson Un été norvégien (Passamyndir, 2017). Roman traduit par Éric Boury. Zulma, 2020 (juin).

Einar Kárason La sagesse des fous (Heimskra manna ráð, 1992). Roman traduit par François Émion. Éditions du Seuil, 2000 ; en Points, 2009.

Einar Kárason Oiseaux de tempête (Stormfuglar, 2018). Roman traduit par Éric Boury. Grasset, 2020 (septembre ?).

Eiríkur Örn Norðdahl Illska, le mal (Illska, 2012). Roman traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2015 (août) ; en Points, 2017 (janvier).

Eiríkur Örn Norðdahl Heimska, la stupidité (Heimska, 2015). Roman traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2017 (janvier).

Eiríkur Örn Norðdahl Gæska, la bonté (Gæska, 2009). Roman traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2019 (septembre).

G
ESSAI : Gísli Pálsson, L’homme qui vola sa liberté (Hans Jónatan, maðurinn sem stal sjálfum sér, 2014 / The man who stole himself (trad. Anna Yates), 2016). Traduction de la version anglaise de l’essai, d’après l’islandais, par Carine Chichereau. Éditions Gaïa, 2018 (avril).

ESSAI : Gísli Pálsson Ma Maison au pied du volcan (Fjallið sem yppti öxlum : maður og náttúra). Traduction de la version anglaise de l’essai, d’après l’islandais, par Carine Chichereau. Gaïa éditions, 2020 (janvier).

Guðbergur Bergsson « L’aile du cygne ». Court extrait du roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Programme des Boréales de Normandie, 5e festival d’art et de littérature nordiques 19 novembre – 5 décembre 1996, p. 10. EXTRAIT.

Guðbergur Bergsson L’aile du cygne (Svanurinn, 1991), traduit par Catherine Eyjólfsson. Gallimard, 1996.

Guðbergur Bergsson Deuil (Missir, 2010), traduit par Éric Boury, Éditions Métailié, 2013 (février).

Guðbergur Bergsson Il n’en revint que trois (Þrír sneru aftur, 2014). Roman traduit par Éric Boury. Éditions Métailié, 2018 (janvier). 

NOUVELLES : Guðrún Eva Mínervudóttir Pendant qu’il te regarde, tu es la Vierge Marie (Á meðan hann horfir á þig ertu María mey 1998). Nouvelles traduites par Catherine Eyjólfsson. Éditions Zulma, 2008.

Guðrún Eva Mínervudóttir Le créateur (Skaparinn, 2008). Roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Éditions Autrement,  2014 (octobre).

NOUVELLES : Guðrún Eva Mínervudóttir Album (Albúm, 2002). Traduction Catherine Eyjólfsson. Éditions Tusitala, 2015 (février); en Pocket, 2016 (septembre).

Guðmundur Andri Thorsson La Valse de Valeyri. Histoires enchevêtrées (Valeyrarvalsinn, 2011). Roman traduit par Éric Boury. Gallimard, collection Du monde entier, 2016 (mai).

Guðmundur Andri Thorsson L’Affaire de Benedikt Gröndal (Sæmd, 2013). Roman traduit par Éric Boury. Gallimard, collection Du monde entier, 2019 (juin).

Gunnar Gunnarsson (1889-1975) Vaisseaux dans le ciel d’après les notes de Uggi Greipsson, préface Lucien Maury. 1re partie : Le jeu des brins de paille (Leg med strå : Af Uggi Greipssons Optegnelser, Copenhague, 1923), traduit du danois par Mme Manceron, p. 9 -238 ; 2e partie : Vaisseaux dans le ciel (Skibe på himlen : Af Uggi Greipssons Optegnelser, Copenhague, 1925), traduit du danois par M. Zimmermann, Paris, Stock, Collection scandinave publiée sous la dir. de Lucien Maury, 1942 ; 25e édition ; réimpr. 1948 [Gunnar écrivait en danois d’où la traduction en islandais par Halldór Laxness, Reykjavík, 1941-1943 : Fjallkirkjan 1 og 2 : Leikur að stráum og Skip heiðríkjunnar]. 

Gunnar Gunnarsson La nuit et le rêve (Natten og Drømmen : Af Uggi Greipssons Optegnelser, Copenhague,1926)traduit du danois par Jean Lescoffier, Paris, Stock, Collection scandinave publiée sous la direction de Lucien Maury, 1944 ; 14e édition.

Kirken paa bjærget : af Uggi Greipssons optegnelser : 1. Leg med strå (Leikur að stráum ; Le jeu des brins de paille) – 2. Skibe på himlen (Skip heiðríkjunnar ; Vaisseaux dans le ciel) – 3. Natten og Drømmen (Nótt og draumur ; La nuit et le rêve) – 4. Den uerfarne rejsende (Óreyndur ferðalangur ; pas traduit en français…) – 5. Hugleik den Hardtsejlende (Hugleikur ; pas traduit en français…), Copenhague, 1923-1928 ; Traduction en islandais du danois par Halldór Laxness, Reykjavík, 1941-1943 (Kirkjan á fjallinu = Fjallkirkjan) ; Traduction en français du danois par Mme Manceron, M. Zimmermann et Jean Lescoffier, Paris, 1942-1944.

Gunnar Gunnarsson L’oiseau noir (Svartfugl 1929 / Svartfugl, skáldsaga um Sjöundármálin 1802-1805,  traduit du danois en islandais par Magnús Ásgeirsson, 1938 ; par l’auteur en 1971). Traduction de J. Dorende [Oiseaux noirs, 1947] revue par Gérard Lemarquis et María Gunnarsdóttir. Arléa, Collection « L’Étrangère », 1992.

Gunnar Gunnarsson Le Berger de l’avent (Advent, 1938 / Aðventa, traduit du danois en islandais par Magnús Ásgeirsson, 1939). Traduit par Gérard Lemarquis et María Gunnarsdóttir. Arléa 1993 ; en Arléa-poche, numéro 43, 1998 ; Zulma éditions, Collection de poche Z/a, 2019 (novembre) avec postface de Jón Kalman Stefánsson traduite par Éric Boury. 

Gunnar Gunnarsson « Frères jurés » (extrait). Traduction Régis Boyer. Germanica : « Le roman historique dans les pays scandinaves au XXe siècle », 23/1998, p. 59-75 [voir également : Einar Már Jónsson : « Gunnar Gunnarsson et le « roman du peuplement de l’Islande », Idem, p. 43-58]. EXTRAIT.

Gunnar Gunnarsson Frères jurés (Edbrødre. Roman fra Islands landnamstid, 1918 / Fóstbræður,  traduit du danois en islandais par Jakob Jóh. Smári, 1919). Roman traduit du danois et postfacé par Régis Boyer. Éditions Fayard, 2000.

NOUVELLES : Gyrðir Elíasson Entre les arbres (Milli trjánna, 2009). Collection de nouvelles [Prix littéraire du Conseil nordique 2011] traduite par Robert Guillemette. Books éditions, 2012 (avril).

Gyrðir Elíasson Les excursions de l’écureuil (Gangandi íkorni, 1987). Roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Saguenay (Québec, Canada), Éditions La Peuplade, 2017 (février).

Gyrðir Elíasson, Au bord de la Sandá (Sandárbókin : Pastoralsónata, 2007).Roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Saguenay (Québec, Canada), Éditions La Peuplade,  2019 (mars).

Gyrðir Elíasson, La fenêtre au sud (Suðurglugginn, 2012), traduit par Catherine Eyjólfsson, Éditions La Peuplade, 2020 (septembre).

H
Halldór Laxness (1902-1998) Salka Valka. Petite fille d’Islande (Traduction de la première partie de Salka Valka, parue en 1931 sous le titre : Þú vínviður hreini). Traduit de l’islandais par Alfred Jolivet [1885-1966]. Préface de Marcel Arland. Gallimard (20e édition), Collection Du Monde entier, 1939 [Roman adapté au cinéma par le Suédois Arne Mattsson en 1954] ; réimpr. 1956 (26e édition).

Halldór Kiljan Laxness « Salka Valka. Un roman islandais ». Extrait « La vie de Salka Valka ». Défense de la paix, numéro 23, avril 1953, p. 53-61. EXTRAIT.

Halldór Laxness Station atomique (Atómstöðin, 1948). Roman traduit du danois par Jacqueline Joly. Postface de la traductrice. Paris 1957 > 1973 ; rééd. Editions Messidor 1991.

Halldór Laxness Station atomique (Atómstöðin, 1948). Roman traduit par Jacqueline Joly. Édition dans la collection des Prix Nobel de littérature éditée sous le patronage de l’Académie suédoise et de La fondation Nobel (vol. 51) réservée à La Guilde des bibliophiles. Illustrations originales de Gérard Economos. Éditions Rombaldi 1964, p. 51-241.

Halldór Laxness Le Paradis retrouvé (Paradísarheimt, 1960). Traduit d’anglais par René Hilleret. Gallimard 1966 ; rééd. Gallimard « L’imaginaire », numéro 236, 1990 > 2004.

Halldór Kiljan Laxness La saga des fiers-à-bras (Gerpla, 1952). Traduit et présenté par Régis Boyer. Aix-en-Provence, Pandora/Domaine nordique, 1979 ; Toulouse, Édiitions Anacharsis, 2006, 2011.

Halldór Laxness Extrait des romans : « La cloche d’Islande » (p. 119-120) et « Lumière du monde » (le ch. 15 du Livre II : Le palais du pays d’été / Höll sumarlandsins). Traduction par Régis Boyer. Extraits dans Europe, numéro 647, mars 1983, p. 119-120/-133. EXTRAITS.

Halldór Laxness La cloche d’Islande (Íslandsklukkan, 1943-1946). Introduction et traduction du roman par Régis Boyer. Aubier Montaigne, Collection UNESCO d’oeuvres représentatives. Série européenne, 1979, 1982, et GF Flammarion, numéro 659, 1991 [A donné lieu à un feuilleton radiophonique adapté par R. Pillaudin].

Halldór Laxness Úa, ou, Chrétiens du glacier (Kristnihald undir jökli, 1968). Traduit par Régis Boyer. Arles, Actes Sud, 1988.

Halldór Laxness Lumière du monde (Heimsljós, 1937-1940). Roman traduit et présenté par Régis Boyer. Collection UNESCO d’oeuvres représentatives. Série européenne. Aubier-Unesco 1989.

Halldór Laxness Gens indépendants (Sjálfstætt fólk, 1934-1935). Roman traduit par Régis Boyer. Éditions Fayard, 2004 > 2008.

Halldór Laxness Les Annales de Brekkukot (Brekkukotsannáll, 1957). Roman traduit par Régis Boyer. Éditions Fayard, 2009.

Hallgrímur Helgason 101 Reykjavík (101 Reykjavík, 1996). Traduit par Éric Boury. Actes Sud 2002 [Roman adapté au cinéma par Baltasar Kormákur en 2000].

Hallgrímur Helgason La Femme à 1000° (Konan við 1000°, 2011), roman traduit par Jean-Christophe Salaün, Presses de la Cité, 2013 (août) ; éditions Pocket, 2014 (février).

Hallgrímur Helgason Le grand ménage du tueur à gages (The Hitman’s Guide to House Cleaning / 10 ráð til að hætta að drepa fólk og byrja að vaska upp, 2008). Roman traduit d’anglais par Jean-Christophe Salaün, Presses de la Cité, 2014 (octobre) ; éditions Pocket, 2015 (octobre).

Hallgrímur Helgason La grosse colère (Herra Alheimur, 2003). Roman traduit par Jean-Christophe Salaün, Presses de la Cité, 2015 (septembre).

[Hannah Kent A la grâce des hommes (Burial rites). Roman traduit d’anglais par Karine Reignier. Presses de la Cité, 2014 (mai) ; éditions Pocket, 2016 (janvier).

I
Islande de glace et de feu.
Les nouveaux courants de la littérature islandaise Internationale de l’imaginaire. Nouvelle série, numéro 18, Babel numéro 655, Maison des cultures du monde 2004 [extraits traduits à l’occasion de la Quinzaine islandaise du 27 septembre au 10 octobre 2004]. EXTRAITS.

J
Jón Atli Jónasson Les enfants de Dimmuvík (Börnin frá Dimmuvík, 2013). Traduction Catherine Eyjólfsson. Les éditions Noir sur Blanc, 2015 (avril).

Jón Óttar Ólafsson Une ville sur écoute (Hlustað, 2013). Roman policier traduit par Jean-Christophe Salaün. Presses de la Cité, Collection Sang d’encre, 2014 (juin).

Jón Óttar Ólafsson En pleine turbulence (Ókyrrð, 2014). Roman policier traduit par Jean-Christophe Salaün, Presses de la Cité, 2016 (octobre).

Jón Hallur Stefánsson Brouillages (Krosstré : glæpasaga, 2005). Roman policier traduit par Éric Boury. Larbey, Gaïa éditions, 2008 ; en Babel noir 2010 (octobre).

Jón Hallur Stefánsson L’incendiaire (Vargurinn, 2008). Roman policier traduit par Éric Boury. Gaïa éditions, 2010 ; Babel, collection Noir 2012 (octobre) ; en Babel Noir 2012 (octobre).  

Jón Kalman Stefánsson Entre ciel et terre (Himnaríki og helvíti, 2007). Roman traduit par Éric Boury. Gallimard, collection Du Monde entier, 2010 ; en Folio 2011 (mars). [1]. 

Jón Kalman Stefánsson La tristesse des anges (Harmur englanna, 2009). Roman traduit par Éric Boury. Gallimard, collection Du Monde entier, 2011 ; en Folio 2013 (janvier). [2]. 

Jón Kalman Stefánsson Le coeur de l’homme (Hjarta mannsins, 2011). Roman traduit par Éric Boury, Gallimard, collection Du Monde entier, 2013 ; en Folio 2014 (janvier). [3] 

Jón Kalman Stefánsson D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds (Fiskarnir hafa engar fætur: ættarsaga, 2013). Roman traduit par Éric Boury. Gallimard, 2015 (août) ; en Folio, 2017 (février).

Jón Kalman Stefánsson A la mesure de l’univers (Eitthvað á stærð við alheiminn: ættarsaga, 2015). Roman traduit par Éric Boury. Gallimard, 2017 (avril) ; en Folio, 2018 (août).

Jón Kalman Stefánsson Ásta. Où se réfugier quand aucun chemin ne mène hors du monde ?  (Saga Ástu : Hvert fer maður þegar engin leið er út úr heiminum ?, 2017). Roman traduit par Éric Boury. Éditions Grasset, 2018 (août) ; en folio, 2019 (septembre).

Jón Kalman Stefánsson Lumière d‘été puis vient la nuit (Sumarið bakvið brekkuna, 1997). Roman traduit par Éric Boury. Grasset, 2020 (août).

K
Kristín Marja Baldursdóttir Karitas, sans titre (Karítas án titils, 2004). Roman traduit par Henrý K. Albansson. Larbey, Gaïa éditions, 2008 ; nouvelle édition en août 2011 ; collection Points Grands romans, 2011 (novembre) : Karitas, l’esquisse d’un rêve (Karitas Livre 1).

Kristín Marja Baldursdóttir Chaos sur la toile (Óreiða á striga, 2007). Roman traduit par Henrý K. Albansson. Larbey, Gaïa éditions, 2011 ; en Points Grands romans, 2013 : L’art de la vie (Karitas livre 2).

Kristín Ómarsdóttir T’es pas la seule à être morte ! (Elskan mín ég dey : skáldsaga, 1997). Roman traduit et présenté par Éric Boury. Le Cavalier Bleu éditions, 2003.

Kristjana Gunnars La maraude (The Prowler : novel, 1989). Roman traduit d’anglais par Anne Malena. Montréal, Québec, Leméac, 1995.

Kristjana Gunnars « La maraude ». Court extrait du roman traduit d’anglais par Anne Malena. Programme des Boréales de Normandie, 5e festival d’art et de littérature nordiques 19 novembre – 5 décembre 1996, p. 19. EXTRAIT. 

Kristjana Gunnars Dégré zéro (Zero Hour, 1991). Traduit d’anglais par Anne Malena. Montréal, Québec, Leméac, 1998.

Kristjana Sigmundsdóttir Mots sans paroles (Ósögð orð, 1997). Traduit par Frédéric Durand. Editons le Bois debout. Ouvrage publié à l’occasion du 7e Festival d’art et de littérature nordiques Les Boréales de Normandie 1998.

Kristmann Guðmundsson Rive bleue (Den blå kyst. Oslo, 1931 / Ströndin blá, 1940). Traduction d’allemand par Gustave Roud. Lausanne / Paris 1946.

Kristof Magnusson Retour à Reykjavík (Zuhause : roman, 2005). Roman traduit de l’allemand par Sébastien Gravier. Larbey, Gaïa éditions, 2008.

L
Lilja Sigurðardóttir Piègée (Gildran, 2015). Reykjavik noir, T. 1. Traduit par Jean-Christophe Salaün. Éditions Métailié, 2017 (mars) ; en Points thriller, 2018 (mars). 

Lilja Sigurðardóttir Le Filet (Netið, 2016). Reykjavik noir, T. 2. Traduit par Jean-Christophe Salaün. Éditions Métailié, 2018 (mars) ; en Points thriller, 2019 (mars).

Lilja Sigurðardóttir La Cage (Búrið, 2017). Reykjavik noir, T. 3. Traduit par Jean-Christophe Salaün. Éditions Métailié, 2019 (mars) ; en Points thriller, 2020 (mars).

Lilja Sigurðardóttir Trahison (Svik, 2018). Traduit par Jean-Christophe Salaün. Éditions Métailié, 2020 (mai).

Ó
Ólafur Gunnarsson Cathédrale des trolls (Tröllakirkja, 1992). Roman traduit et présenté par Henrý Kiljan Albansson. Larbey, Gaïa éditions, 2007.

Ólafur Gunnarsson « La Hache et la Terre. Roman historique sur l’époque tourmentée de la Réforme en Islande » (Öxin og jörðin. Söguleg skáldsaga um Jón biskup Arason og syni hans, 2003). Extrait du roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Islande de glace et de feu. Les nouveaux courants de la littérature islandaise. Internationale de l’imaginaire. Nouvelle série, numéro 18, Babel numéro 655, Maison des cultures du monde 2004, p. 227-240. EXTRAIT.

Ólafur Gunnarsson La hache et la terre (Öxin og jörðin, 2003). Roman traduit par Henrý Kiljan Albansson. Larbey, Gaïa éditions, 2010. 

Ólafur Jóhann Ólafsson Absolution (Fyrirgefning syndanna, 1991). Roman traduit de l’anglais par Mimi et Isabelle Perrin. Éditions du Seuil 1996.

Ólafur Jóhann Ólafsson Retour en Islande (Slóð fiðrildanna, 1999). Traduit de l’anglais par Mimi et Isabelle Perrin. Éditions du Seuil, 2004.

Ólafur Haukur Símonarson « Le cadavre dans la voiture rouge » (Líkið í rauða bílnum, 1986). Traduit par Frédéric Durand. Extrait dans Polars du Nord. Une anthologie. Sous la direction d’Éric Eydoux [« Le Polar Islandais » de Kristinn Kristjánsson [1954-2008] dans la traduction de Steinunn Filippusdóttir Le Breton, p. 70-77 ; « Ólafur Haukur Símonarson » de Steinunn Filippusdóttir Le Breton, p. 78-81]. Caen, Éditions Le Bois Debout – Les Boréales de Normandie, 1997, p. 82-83. EXTRAIT.

Ólafur Haukur Símonarson Le cadavre dans la voiture rouge (Líkið í rauða bílnum : skáldsaga, 1986). Roman traduit par Frédéric Durand. Avant-propos par Steinunn Le Breton [Filippusdóttir]. Ouvrage publié à l’occasion du 6e festival d’art et de littérature nordiques, dit Les Boréales de Normandie. Caen, Office Franco-Norvégien (OFNEC), Université de Caen / Presses Universitaires de Caen, 1997 ; collection Points roman noir, numéro P2067, 2009.

Óttar Martin Norðfjörð Le Sang d’Odin (Sólkross, 2008), traduit par Robert Guillemette, Éditions Prisma, 2013 (mars).

P
Pétur Gunnarsson « Toute l’histoire / Sagan öll » (1985). Extrait du roman traduit par Régis Boyer. Les cahiers de Pandora, spécial cultures nordiques, numéro 12, 1986, p. 32 [édition bilingue]. EXTRAIT.

Pétur Gunnarsson Point point virgule tiret (Punktur punktur komma strik, 1976). Traduit et annoté par Régis Boyer. Éditions Joseph K, 1998.

Pétur Gunnarssson « L’Image du monde » (Myndin af heiminum, 2000). Extrait du roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Islande de glace et de feu. Les nouveaux courants de la littérature islandaise. Internationale de l’imaginaire. Nouvelle série, numéro 18, Babel numéro 655, Maison des cultures du monde 2004, p. 215-226. EXTRAIT.

R
Ragnar Jónasson Snjór. Traduction de la version anglaise (Snowblind, Ldn 2015, NY 2017), d’après l’islandais (Snjóblinda, 2010), par Philippe Reilly. [Ari Þór / Les enquêtes de Siglufjörður I] Éditions de la Martinière, 2016 (mai) ; en Points policier, 2017 (mars).

Ragnar Jónasson rk. Traduction de la version anglaise (Nightblind, Ldn 2016, NY 2017), d’après l’islandais (Náttblinda, 2014), par Philippe Reilly. [Ari Þór / Les enquêtes de Siglufjörður II] Éditions de la Martinière, 2017 (mars) ; en Points policier, 2018 (mars).

Ragnar Jónasson tt. Traduction de la version anglaise (Blackout, Ldn 2016, NY 2018), d’après l’islandais (Myrknætti, 2011), par Philippe Reilly. [Ari Þór / Les enquêtes de Siglufjörður III] Éditions de la Martinière, 2018 (mars) ; en Points policier, 2019 (février).

Ragnar Jónasson Sótt. Traduction de la version anglaise (RuptureLdn 2017), d’après l’islandais (Rof, 2012), par Ombeline Marchon. [Ari Þór / Les enquêtes de Siglufjörður IV] Éditions de la Martinière, 2018 (septembre) ; en Points policier, 2019 (septembre).

Ragnar Jónasson Vík. Traduction de la version anglaise (White Out, 2017), d’après l’islandais (Andköf, 2013), par Ombeline Marchon. [Ari Þór / Les enquêtes de Siglufjörður V] Editions de la Martinière, 2019 (octobre) ; en Points policier, 2020 (juin).

Ragnar Jónasson La dame de Reykjavik. Traduction de la version anglaise (The Darkness, 2018), d’après l’islandais (Dimma, 2015), par Philippe Reilly. [Trilogie Hulda I] Éditions de la Martinière, 2019 (mars) ; en Points policier, 2020 (mars).

Ragnar Jónasson L’île au secretTraduction de la version anglaise (The island, 2019), d’après l’islandais (Drungi, 2017), par Ombeline Marchon. [Trilogie Hulda II] Editions de la Martinière, 2020 (février).

Ragnar Jónasson Sigló (Vetrarmein, 2020), traduit par Jean-Christophe Salaün, Editions de la Martinière, 2020 (septembre).

Ragnar Helgi Ólafsson Lettres du Bhoutan (Bréf frá Bútan, 2013), traduit par Jean-Christophe Salaün. Éditions Passage(s) en 2017 (novembre).

NOUVELLES : Ragnar Helgi Ólafsson La Réunion du Conseil national de l’Audiovisuel du 14 mars 1984 et son influence formatrice sur la sexualité de l’adolescent et autres histoires (Fund­ur út­varps­ráðs þann 14. mars 1984 og áhrif hans á kyn­verund drengs­ins og fleiri sög­ur, 2015). Nouvelles traduites par Jean-Christophe Salaün. Éditions Passage(s) en 2017 (novembre).

S
Sigríður Hagalín Björnsdóttir L’île (Eyland, 2016). Roman traduit par Éric Boury. Gaïa éditions, 2018 (février) ; en Kayak, 2019 (septembre).

Sigríður Hagalín Björnsdóttir Edda ou la disparition (Hið heilaga orð, 2018). Roman traduit par Éric Boury. Gaïa éditions, 2020 (novembre).

Sjón Le moindre des mondes (Skugga-Baldur : þjóðsaga, 2003). Récit traduit par Éric Boury. Rivages 2007 ; en Rivages poche, 2008.

Sjón Sur la paupière de mon père (Með titrandi tár : glæpasaga, 2001). Récit traduit par Éric Boury. Rivages 2008 ; en Rivages poche 2011 (février).

Sjón De tes yeux, tu me vis (Augu þín sáu mig 1994). Récit traduit par Éric Boury. Rivages 2011 ; en Rivages poche 2013 (février).

Sjón Le garçon qui n’existait pas (Mánasteinn. Drengurinn sem aldrei var til, 2013). Traduction Éric Boury. Édition Rivages, 2016 (novembre).

Soffía Bjarnadóttir J’ai toujours ton coeur avec moi (Segulskekkja, 2014). Traduction Jean-Christophe Salaün. Éditions Zulma, 2016 (janvier).

Stefán Máni Noir Océan (Skipið, 2006). Roman policier traduit par Éric Boury. Gallimard, Série noire, 2010 ; en Folio, 2012 (mars).

Stefán Máni Noir Karma (Svartur á leik, 2004). Roman noir traduit par Éric Boury. Gallimard, Série noire, 2012 (mars).

Stefán Máni Présages (Feigð, 2011). Roman noir traduit par Éric Boury. Gallimard, Série noire, 2013 (octobre).

Steinar Bragi Installation (Konur, 2008). Traduit par Henry Kiljan Albansson. Éditions Métailié, 2011.

Steinar Bragi Excursion (Hálendið, 2011). Roman noir traduit par Patrick Guelpa. Éditions Métailié, 2013 (octobre).

Steinunn Jóhannesdóttir L’esclave islandaise – livre 1 – roman inspiré de sources historiques (Reisubók Guðríðar Símonardóttur: skáldsaga byggð á heimildum, 2001). Roman traduit par Éric Boury. Gaïa éditions, 2017 (avril).

Steinunn Jóhannesdóttir L’esclave islandaise – livre 2– roman inspiré de sources historiques (Reisubók Guðríðar Símonardóttur: skáldsaga byggð á heimildum, 2001). Roman traduit par Éric Boury. Gaïa éditions, 2017 (septembre).

Steinunn Sigurðardóttir « Le voleur de vie ». Court extrait du roman traduit par Régis Boyer. Programme des Boréales de Normandie, 3e Festival d’art et de littérature nordiques 14 novembre – 17 décembre 1994, p. 49. EXTRAIT.

Steinunn Sigurðardóttir « Le voleur de vie ». Court extrait du roman traduit par Régis Boyer. Programme des Boréales de Normandie, 5e Festival d’art et de littérature nordiques 19 novembre – 5 décembre 1996, p. 27. EXTRAIT.

Steinunn Sigurðardóttir Le voleur de Vie (Tímaþjófurinn, 1986). Roman traduit par Régis Boyer. Éditions Flammarion, 1995, 1998 [Roman adapté au cinéma par Yves Angelo en 1998].

Steinunn Sigurðardóttir La place du coeur (Hjartastaður, 1995). Roman traduit par François Émion. Denoël & d’ailleurs 2000.

Steinunn Sigurðardóttir Le Cheval soleil (Sólskinshestur, 2005). Roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Éditions Heloïse d’Ormesson 2008 ; en 10/18 2011 (mars).

Steinunn Sigurðardóttir Cent portes battant aux quatre vents (Hundrað dyr í golunni, 2002). Roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Éditions Heloïse d’Ormesson, mars 2011 ; en 10/18, 2015 (juillet).

Steinunn Sigurðardóttir Yo-yo (Jójó, 2011). Roman traduit par Catherine Eyjólfsson. Éditions Héloïse d’Ormesson, 2013 (octobre) ; en 10/18, 2015 (décembre).

Steinunn Sigurðardóttir Maîtresses femmes (Gæðakonur, 2014). Traduction Catherine Eyjólfsson. Éditions Heloïse d’Ormesson, 2017 (mai).

HISTOIRE : Sumarliði R. Ísleifsson, Deux îles aux confins du monde, Islande et Groenland. Les représentations de l’Islande et du Groenland du Moyen Âge au milieu du XIXe siècle (Tvær eyjar á jaðrinum. Ímyndir Íslands og Grænlands frá miðöldum til miðrar 19. aldar, 2015), traduit par François Émion avec la collaboration de Virginie Adam. Presses de l’Université du Quebec, collection Droit au pôle, 2018 (novembre). 

Svava Jakobsdóttir La Saga de Gunnlöd (Gunnlaðar saga, 1987). Traduit par Régis Boyer. Éditions José Corti, Collection Merveilleux, numéro 19, 2002.

NOUVELLES : Svava Jakobsdóttir Un locataire (Leigjandinn, 1969) suivi de Histoire pour enfants (Saga handa börnum, 1967), postface de Fríða Björk Ingvarsdóttir (« Le vécu comme littérature »), traduit par Catherine Eyjólfsson, Éditions Tusitala, 2013 (mai).

T
Thor Vilhjálmsson (1925-2011) « Vite, vite, disait l’oiseau » (Fljótt, fljótt, sagði fuglinn, 1968). Extrait du roman traduit par Régis Boyer. Europe, numéro 647, mars 1983, p. 136-150. EXTRAIT.

Thor Vilhjálmsson La mousse grise brûle (Grámosinn glóir, 1986). Traduit et présenté par Régis Boyer. Arles, Actes Sud, 1991.

Thor Vilhjálmsson « Tuer un être humain ». Extrait de La mousse grise brûle. Roman traduit par Régis Boyer. Programme des Boréales de Normandie, 1er Festival d’art et de littérature nordiques 29 novembre – 1 décembre 1992, p. 29. EXTRAIT.

Thor Vilhjálmsson « Nuits à Reykjavík ». Court extrait du roman traduit par François Émion. Programme des Boréales de Normandie, 5e Festival d’art et de littérature nordiques 19 novembre – 5 décembre 1996, p. 31. EXTRAIT.

Thor Vilhjálmsson Nuits à Reykjavík (Náttvíg, 1989). Traduit par François Émion. Arles, Actes Sud, 1996.

Thor Vilhjálmsson Comptine matinale dans les brins d’herbe (Morgunþula í stráum, 1998). Roman traduit par Régis Boyer. Arles, Actes Sud, 2001.

Pour Thorgeir (Þorgeir), Thorsteinn (Þorsteinn), Thór (Þór) [Thor reste Thor], Thórarinn (Þórarinn) et Thórir (Þórir) : Voir Þ à la fin de l’alphabet.

V
Vigdís Grímsdóttir « Première heure ». Court extrait du 1er chapitre de Je m’appelle Ísbjörg. Je suis lion, roman traduit par François Émion. Programme des Boréales de Normandie, 5e Festival d’art et de littérature nordiques 19 novembre – 5 décembre 1996, p. 15. EXTRAIT.

Vigdís Grímsdóttir Je m’appelle Ísbjörg. Je suis lion (Ég heiti Ísbjörg, ég er ljón, 1989). Traduction et avant-propos par François Émion. Ouvrage publié à l’occasion du 5e festival d’art et de littérature nordiques, dit Les Boréales de Normandie. Caen, Office Franco-Norvégien (OFNEC), Université de Caen / Presses Universitaires de Caen, 1996.

Viktor Arnar Ingólfsson L’Énigme de Flatey (Flateyjargáta 2002), roman noir traduit par Patrick Guelpa. Éditions du Seuil, 2013 (février) ; en Points policier 2014 (janvier).

Y
Yrsa Sigurðardóttir Ultimes rituels (Last Rituals / Þriðja táknið, 2005). Roman policier [Þóra Guðmundsdóttir 1] traduit de l’anglais par Marie de Prémonville. Anne Carrière éditions, février 2011 ; en Points policier, 2012 (mars). 

Yrsa Sigurðardóttir Bien mal acquis (Sér grefur gröf, 2006). Roman policier [Þóra Guðmundsdóttir 2] traduit par Catherine Mercy. Anne Carrière éditions, 2013 (septembre) ; en Points policier, 2014 (septembre).

Yrsa Sigurðardóttir Je sais qui tu es (I remember you / Ég man þig, 2010). Roman policier traduit de l’anglais par Marie de Prémonville. Anne Carrière éditions, 2012 (octobre) ; en Points policier 2013 (octobre).

Yrsa Sigurðardóttir Indésirable (Kuldi, 2012). Roman policier traduit par Catherine Mercy. Actes Sud, collection Actes noirs, 2016 (février) ; en Babel noir, 2018 (janvier).

Yrsa Sigurðardóttir ADN (ADN, 2014). Roman policier [Freyja & Huldar 1] traduit par Catherine Mercy. Actes Sud, collection Actes noirs, 2018 (janvier) ; en Babel noir, 2019 (mai).

Yrsa Sigurðardóttir Succion (Sogið, 2015). Roman policier [Freyja & Huldar 2] traduit par Catherine Mercy. Actes Sud, collection Actes noirs, 2019 (mai).

Yrsa Sigurðardóttir Absolution (Aflausn, 2016). Roman policier [Freyja & Huldar 3] traduit par Catherine et Véronique Mercy. Actes Sud, collection Actes noirs, 2020 (mai).

Þ [en traduction, la lettre islandaise Þ est transcrite Th : majuscule : Þ ; minuscule : þ]

Þorsteinn Stefánsson (1912-2004) La Vallée (Dalen. Roman fra Island, 1942 / Dalurinn 1944). Roman traduit du danois par Madame Marthe Metzger. Paris, 1946.

NOUVELLES : Þórarinn Eldjárn Des perles et du pain. Nouvelles traduites par Séverine Daucourt-Friðriksson. Caen, Office Franco-Norvégien d’Échanges et de Coopération (OFNEC), Université de Caen, Basse-Normandie, 2001.

Þórarinn Eldjárn Tête en miettes (Brotahöfuð : saga, 1996). Traduit par Régis Boyer. Le Cavalier Bleu éditions, 2003.

Æ
Ævar Örn Jósepsson Les anges noirs (Svartir englar, 2003). Roman noir traduit par Séverine Daucourt-Fridriksson. Gallimard, Série noire, 2012 (septembre). 

Ö