Nouvelles (smásögur)

Mise à jour le 3 avril 2020

[Auteurs classés par prénoms]

Nouvelles d’Islande. Nouvelles traduites par Régis Boyer, Catherine Eyjólfsson, Séverine Daucourt-Friðriksson, Éric Boury,
Steinunn Le Breton. Paris, Magellan et Cie / Courrier International, collection Miniatures, 2011 : « Icemaster » (Icemaster) de Sveinbjörn I. Baldvinsson (trad. Régis Boyer), p. 11-25 ; « Les pieds de la libraire » (Fætur konunnar) de Guðrún Eva Mínervudóttir (trad. Catherine Eyjólfsson), p. 27-45 ; « La plage noire »(Á ströndinni) de Magnús Sigurðsson (trad. Steinunn Le Breton), p. 47-53 ; « Inferno » (Inferno) de Gyrðir Elíasson (trad. Séverine Daucourt-Friðriksson), p. 55-63 ; « Le sens pris aux mots » (Orðanna hljóðan) de Þórarinn Eldjárn (trad. Séverine Daucourt-Friðriksson), p. 65-75 ; « Et vous, vous continuez à écrire, non ? » (Ertu ekki alltaf að skrifa ?) d’Einar Már Guðmundsson (trad. Éric Boury), p. 77-90.

D
Davíð Þorvaldsson (1901-1932) « Dreyfus London » (Skólabræðurnir). Nouvelle traduite par l’auteur. Revue bleue LXVII (1929), p. 650-53 ; réédition dans Nouvelles du Nord, numéro 3 (1994), p. 27-29.

E
Einar Már Guðmundsson (n. 1954) « Les voies du Seigneur » (Vegir Guðs 2001). Nouvelle traduite par Catherine Eyjólfsson. Mondes blancs. Une anthologie présentée par Michel Le Bris et coordonnée par Vincent Guérin. [Paris] 2001, p. 47-54.

Einar Már Guðmundsson « Et vous, vous continuez à écrire, non ? » (Ertu ekki alltaf að skrifa?), nouvelle traduite par Éric Boury. Nouvelles d’Islande, Paris, Magellan et Cie / Courrier International, collection Miniatures, 2011, p. 77-90.

Einar Kárason (n. 1955) « Une affligeante histoire » (Sorgarsaga). Trésor de la nouvelle de la littérature scandinave.Collection Trésor de la nouvelle. Édition dirigée et préfacée par Régis Boyer. Traduction de Marc Auchet, Régis Boyer, Olivier Gouchet, May-Brigitte Lehman et Jean-Marie Maillefer. Les Belles Lettres, 2009, p. 139-159 (nouvelle traduite par Régis Boyer).

Elínborg Lárusdóttir (1891-1976 ; sous le pseud. « Sunna » dans le recueil) « L’amour… c’est de la blague ! » (Ástin er hégómi). Traduction anonyme d’anglais. Les 54 meilleurs contes du monde. Paris, NRF/Gallimard, 9e édition 1955, p. 431-442.

G
Gestur Pálsson (1852-1891) « Grímur se meurt » (Grímur kaupmaður deyr 1888). Nouvelle traduite par Charles Simond. La Revue du 15 octobre 1907, p. 505-520 ; réédition dans Nouvelles du Nord, numéro 2 (1993), p. 16-23.

Guðbergur Bergsson (n 1932) « De l’exil » (Um útlegð). Essai traduit par Catherine Eyjólfsson. Le Nouveau Recueil,numéro 48, septembre – novembre 1998.

Guðrún Eva Mínervudóttir (n. 1976) « Rencontres ». Nouvelles traduites par Catherine Eyjólfsson. Linnées boréales. Recueil de nouvelles nordiques réunies par Jean Renaud. Presses universitaires de Caen / Centre régional des lettres de Basse-Normandie 2001, p. 108-135.

Guðrún Eva Mínervudóttir Pendant qu’il te regarde, tu es la Vierge Marie (Á meðan hann horfir á þig ertu María mey 1998). Nouvelles traduites par Catherine Eyjólfsson. Zulma 2008.

Guðrún Eva Mínervudóttir « Les pieds de la libraire » (Fætur konunnar), nouvelle traduite par Catherine Eyjólfsson. Nouvelles d’Islande, Paris, Magellan et Cie / Courrier International, collection Miniatures, 2011,p. 27-45.

Guðrún Eva Mínervudóttir Album (Albúm, 2002). Traduction Catherine Eyjólfsson. Éditions Tusitala, 2015 (février); en Pocket, 2016 (septembre).

Gunnar Gunnarsson (1899-1975)« Le fils » (Sønnen). Trésor de la nouvelle de la littérature scandinave.Collection Trésor de la nouvelle. Édition dirigée et préfacée par Régis Boyer. Traduction de Marc Auchet, Régis Boyer, Olivier Gouchet, May-Brigitte Lehman et Jean-Marie Maillefer. Les Belles Lettres, 2009, p. 109-122 (nouvelle traduite par Régis Boyer).

Gyrðir Elíasson (n. 1961) « Inferno » (Inferno), nouvelle traduite par Séverine Daucourt-Friðriksson. Nouvelles d’Islande, Paris, Magellan et Cie / Courrier International, collection Miniatures, 2011, p. 55-63.

Gyrðir Elíasson Entre les arbres (Milli trjánna, 2009). Collection de nouvelles [Prix littéraire du Conseil nordique 2011] traduite par Robert Guillemette. Books éditions, 2012 (avril).

H
Halldór Kiljan Laxness (1902-1998) « La défaite de la flotte aérienne fasciste à Reykjavik (Islande) en l’an de grâce 1933 » (Ósigur ítalska loftflotans í Reykjavík 1933; nouvelle parue 1937 dans Rauðir pennar). Illustration Zuka. Défense de la paix, numéro 27, août 1953, p. 57-64.

Halldór Laxness « Le Hareng » (Saga úr síldinni 1930). Nouvelle traduite du suédois par Bertil Galland. La Nouvelle Revue Française,numéro 36, 1 déc. 1955, p. 1068-80.

Halldór Laxness « Matin d’Hiver » (Vetrarmorgunn 1933). Nouvelle traduite par Gérard Lemarquis. Le Serpent à plumes, Récits & fictions courtes, revue trimestrielle, numéro 14, hiver 1991-1992, p. 13-18, et, 1995, p. 51-70.

J
Jochum M. Eggertsson (1896-1966) « La Fée Bleue » (Bláa huldan ; álfkonan yndislega). Traduction anonyme d’anglais. Les 54 meilleurs contes du monde. Paris, NRF/Gallimard, 9e édition 1955, p. 423-430.

Jóhannes Helgi (1926-2001 ; sous le pseud. « Moldi » dans le recueil) « La pêche à la traîne » (Róa sjómenn…). Traduction anonyme d’anglais. Les 54 meilleurs contes du monde. Paris, NRF/Gallimard, 9e édition 1955, p. 415-422.

Jón Óskar (1921-1998) « Douceur de ses yeux » (inédit en islandais). Nouvelle traduite par Régis Boyer.Trésor de la nouvelle de la littérature scandinave.Collection Trésor de la nouvelle. Édition dirigée et préfacée par Régis Boyer. Traduction de Marc Auchet, Régis Boyer, Olivier Gouchet, May-Brigitte Lehman et Jean-Marie Maillefer. Les Belles Lettres, 2009, p. 123-138 (nouvelle traduite par Régis Boyer).

Jónína Leósdóttir (n. 1954) « M’aime – m’aime pas ! » (Elskar mig, elskar mig ekki), Nouvelles pays nordiques, traduction Catherine Renaud et Jean Renaud, Clermont-Ferrand, Éditions Reflets d’ailleurs, Collection Cipango Ado, 2011, p. 84-101. 

M
Magnús Sigurðsson « La plage noire » (Á ströndinni), nouvelle traduite par Steinunn Le Breton.Nouvelles d’Islande, Paris, Magellan et Cie / Courrier International, collection Miniatures, 2011,p. 47-53.

R
Ragnar Helgi Ólafsson La Réunion du Conseil national de l’Audiovisuel du 14 mars 1984 et son influence formatrice sur la sexualité de l’adolescent et autres histoires (Fund­ur út­varps­ráðs þann 14. mars 1984 og áhrif hans á kyn­verund drengs­ins og fleiri sög­ur, 2015). Nouvelles traduites par Jean-Christophe Salaün. Editions Passage(s) en 2017 (octobre).

S
Svava Jakobsdóttir (1930-2004) « Conte pour les enfants » (Saga handa börnum, 1967). Nouvelle traduite par Régis Boyer. Europe, numéro 647, mars 1983, p. 98-104.

Svava Jakobsdóttir « Retour » (Endurkoma, 1986). Nouvelle traduite par Steinunn Le Breton Filippusdóttir. Nouvelles, nouvelles (numéro hors série) : Voyage en septentrion, panorama de la nouvelle nordique actuelle, 1991, p. 77-93.

Svava Jakobsdóttir Un locataire (Leigjandinn, 1969) suivi de Histoire pour enfants (Saga handa börnum, 1967), postface de Fríða Björk Ingvarsdóttir (« Le vécu comme littérature »), traduit par Catherine Eyjólfsson, Éditions Tusitala, 2013 (mai).

Sveinbjörn I. Baldvinsson (n. 1957) « Icemaster » (Icemaster), nouvelle traduite par Régis Boyer.Nouvelles d’Islande, Paris, Magellan et Cie / Courrier International, collection Miniatures, 2011,p. 11-25.

T
Thor Vilhjálmsson (1925-2011) « Battre la campagne ». Esquisse traduit par Régis Boyer. Les Lettres Nouvelles, numéro spécial, déc. 1973 – janv. 1974, p. 208-212. 

La transcription de la lettre Þ en traduction est Th[Thor reste Thor].

Þ
Þorgeir Þorgeirson (1933-2003) « Enterrement » (Jarðarför) de Kvunndagsfólk (1974). Traduction Gérard Lemarquis. Le Monde du dimanche, 27 juillet 1980.

Þorsteinn Antonsson (n. 1943) « La Loi » (Lögmálið 1981). Nouvelle traduite par Alexei Kondratiev et Danièle Fernandez-Sæmundsson. Antarès. Science fiction et fantastique sans frontière, numéro 12 (1984), p. 23-36. Illustration par Alfonso Godoy et introduction par Alexei Kontratiev, p. 22-24.

Þórarinn Eldjárn (n. 1949) « Les visiteurs du passé » (Keflvíkingasaga 1992). Extrait de la nouvelle traduit par François Émion. Programme des Boréales de Normandie, 4e Festival d’art et de littérature nordiques 17 novembre – 06 décembre 1995, p. 39. EXTRAIT.

Þórarinn Eldjárn Des perles et du pain. Nouvelles traduites par Séverine Daucourt-Friðriksson. Caen, Office Franco-Norvégien d’Échanges et de Coopération (OFNEC), Université de Caen, Basse-Normandie, 2001.

Þórarinn Eldjárn « Rester interdit » (Ókvæða við).Trésor de la nouvelle de la littérature scandinave.Collection Trésor de la nouvelle. Édition dirigée et préfacée par Régis Boyer. Traduction de Marc Auchet, Régis Boyer, Olivier Gouchet, May-Brigitte Lehman et Jean-Marie Maillefer. Les Belles Lettres, 2009, p. 103-109 (nouvelle traduite par Régis Boyer).

Þórarinn Eldjárn « Le sens pris aux mots » (Orðanna hljóðan), nouvelle traduite par Séverine Daucourt-Friðriksson. Nouvelles d’Islande, Paris, Magellan et Cie / Courrier International, collection Miniatures, 2011, p. 65-75.

Þórir Bergsson (1885-1970 ; sous le pseud. « O. Mega«  dans le recueil) « Fleurs, amour et nostalgie » (Ást og blóm: smásaga). Traduction anonyme d’anglais. Les 54 meilleurs contes du monde. Paris, NRF/Gallimard, 9e édition 1955, p. 443-451 [L’air du temps. Collection dirigée par Pierre Lazareff]. Concours International 1954-1955 organisé par des journaux et magazines de dix-huit pays (France-Dimanche en France), concours doté par le New York Herald Tribune et Universal Features. Quatre contes islandais retenus par le jury. Voir aussi : Eimreiðin 1955 : Alþjóða-smásögusamkeppnin 1954.